Il existe de nombreux statuts juridiques et il n’est pas toujours évident de savoir pour lequel opter… Pour choisir celui qui correspond le mieux à votre activité, il est essentiel de bien comprendre les avantages et les inconvénients de ces solutions.

Aujourd’hui, on compare pour vous deux de ces statuts : SASU et portage salarial.

 

Définition rapide :

La SASU (pour Société par Actions Simplifiées Unipersonnelles) est l’un des statuts juridiques les plus prisés par les entrepreneurs, notamment pour la facilité de son fonctionnement. Ce statut est une forme de SAS (pour Société par Actions Simplifiées) composée d’un unique associé.

Le portage salarial lui, est une forme hybride entre le salariat et l’entrepreneuriat qui permet à l’entrepreneur d’exercer une activité en toute liberté (choix de mission, fixation des tarifs, etc.), tout en bénéficiant des avantages du salarié (sécurité sociale, mutuelle, cotisation pour la retraite, droit au chômage, etc.).

 

Quelles différences entre SASU et portage salarial ?

 

  • Le démarrage d’activité

Débuter en SASU nécessite de réaliser certaines démarches administratives (qui nécessitent souvent de s’adjoindre les services d’un avocat) :

Rédaction des statuts expliquant les règles d’organisation de la société, déclaration du démarrage de l’activité au journal d’annonces légales, dépôt de fond, recherche de domiciliation, recherche d’un assureur (et cotisation de RC Pro), ouverture d’une compte bancaire professionnel dédié exclusivement à l’activité de la société, etc.

Toutes ces démarches représentent un coût à ne pas négliger.

Dans le cadre du portage, aucune démarche administrative n’est nécessaire, car aucune structure juridique n’est à créer. Seule la signature d’un contrat de portage est suffisante pour se lancer. Cela permet de se focaliser dès le départ sur son cœur de métier.

 

  • La rémunération

En SASU, vous êtes considéré comme un salarié et votre rémunération est fixée dans les statuts (ou dans un acte séparé). Deux choix s’offrent alors à vous :

– Rémunération en salaire : vous vous versez un salaire et vous bénéficiez d’une couverture sociale, quel que soit le résultat dégagé par votre société

– Rémunération en dividende : vous êtes rémunéré en dividende, donc en fonction du bénéfice réalisé par votre activité. Votre rémunération dépendra directement du résultat réalisé (perte ou bénéfice) et des réserves de votre société

Dans les deux cas, vous ne pouvez prétendre aux allocations chômage, car il n’existe pas de lien de subordination entre vous et la société.

En portage salarial, vous êtes considéré comme un salarié à part entière. Vous êtes salarié de la société de portage salarial, bien que vous exerciez votre activité en toute liberté. Ainsi, c’est la société de portage qui vous verse un salaire en fin de mois car c’est elle qui s’occupe de facturer vos clients. Votre salaire dépend de votre chiffre d’affaires. Le salaire net perçu correspond environ à 50% du chiffre d’affaires HT réalisé. Le reste correspond aux charges sociales (salariales et patronales) ainsi qu’aux frais de gestion de la société de portage salarial.

 

  • La couverture sociale

Nous l’avons évoqué, en tant que président de votre SASU, vous êtes assimilé à un salarié. Vous relevez donc du régime général de la sécurité sociale. Pour autant, ce statut ne vous permet pas de bénéficier de tous les avantages du salariat. Il vous faudra notamment adhérer à un système de prévoyance et de mutuelle.

En tant que salarié porté, vous bénéficiez d’une couverture sociale similaire au salarié « classique » : cotisation retraite, prévoyance, congés payés, droit au chômage …

 

  • La gestion comptable et administrative

En SASU, en tant que société, vous avez des obligations comptables et administratives auxquelles vous ne pouvez pas déroger : déclaration de TVA, URSSAF, impôt, facturation etc. Vous pouvez tout à fait déléguer cette partie à des prestataires externes, ce qui vous dégagera du temps mais qui engendrera des coûts par la même occasion.

En portage, les démarches administratives et comptables sont entièrement prises en charge par la société de portage salarial. Ces tâches chronophages en moins, vous pourrez vous concentrer sur votre activité.

 

  • Possibilité d’association

La SASU n’est ni plus ni moins qu’une déclinaison unipersonnelle de la SAS. Les caractéristiques des deux structures juridiques sont par conséquent très proches. Il est donc tout à fait possible d’envisager une transition vers la SAS, dans le cas où vous souhaiteriez vous associer à d’autres entrepreneurs quelques années après la création de votre SASU. C’est une forme de société assez souple, notamment en matière statutaire. Ainsi, il est relativement facile d’introduire de nouveaux actionnaires, si le volume de l’activité s’accroît ou pour faire entrer des capitaux frais.

A l’inverse, le portage est destiné aux indépendants souhaitant exercer seuls. Mais il est tout à fait possible de faire des « partenariats » avec d’autres consultants pour aller chercher de plus gros marchés.

 

  • Formation et développement des compétences

Si vous souhaitez bénéficier d’une formation en SASU, dans l’objectif d’accroitre vos compétences, vous devez effectuer une demande à votre organisme paritaire (OPCA) qui validera la formation, ou non.

En portage, et en tant que salarié vous bénéficiez d’un droit à la formation. Votre société de portage étant votre employeur, c’est avec votre interlocuteur au sein de la société de portage que vous évaluez votre besoin en formation et que les budgets de formation de la société de portage peuvent vous être attribués.

  

  • Accompagnement

L’entrepreneur animé par des envies d’autonomie, doit souvent se débrouiller par lui-même en SASU.

En portage, autonomie n’est pas synonyme d’isolement puisque le salarié porté est entouré d’une équipe d’experts. Une équipe qui gère non seulement les tâches administratives, mais qui permet aussi au porté de profiter d’un réseau de consultants, de conseils personnalisés ou encore de formations.

 

Quelles différences entre SASU et portage salarial ? Le bilan.

Dans les deux cas, vous aurez l’opportunité de mener une activité indépendante. Autrement dit : vous êtes libre de fixer vos prix, de réaliser sans contraintes vos prestations et n’avez aucune directive à suivre de la part d’un manager.

Avant de faire votre choix, assurez-vous de bien prendre en compte les caractéristiques de ces deux statuts, en fonction de vos aspirations entrepreneuriales.

Si vous envisagez de créer votre propre structure juridique et que vous êtes prêt à sacrifier une partie de votre temps à la gestion administrative de votre activité, vous devriez probablement vous concentrer sur la SASU (ou d’autres formes plus adaptées).

En revanche, si vous préférez vous concentrer sur le développement de votre business, que vous êtes prêt à concéder une partie de votre indépendance pour gagner en sécurité, en rapidité et en sérénité, vous devriez probablement vous pencher sur le statut de salarié porté.

De plus en plus d’entrepreneurs font aussi le choix du portage salarial pour démarrer et tester leur activité avant de basculer vers un autre statut. Ce premier statut leur permet de se lancer et de tester un projet sans se soucier des démarches administratives, et sans risques financiers.

Le statut de la SASU présente également des avantages. Certes, vous avez des formalités administratives assez lourdes pour créer et développer votre activité, mais vous avez une totale liberté d’action. Vous êtes le seul maître à bord.

 

Estimez votre salaire net

Obtenez des informations claires,
précises et sans zone d'ombre.

Vous avez une question ?
Christine vous rappelle Être rappelé