Défaut d’actualisation, radiations administratives, source INSEE, source Pôle emploi… C’est un débat désormais récurrent à chaque nouvelle publication des chiffres du chômage.

Récemment, les nouveaux chiffres du chômage étaient publiés, et avec eux les débats reprenaient. L’accent étant encore et toujours mis sur l’écart constaté entre la mesure du chômage selon la définition du Bureau international du travail (BIT) déterminée en France par l’INSEE, et celle retenue par Pôle emploi.

 

La situation actuelle du chômage

 

Avant toute chose, rappelons qu’un chômeur n’est pas un inactif. Diverses causes expliquent le chômage. De même, différentes solutions s’offrent aux chômeurs pour remédier à cette situation.

À la fin du 4ème trimestre de l’année 2019, le taux de chômage en France, au sens du BIT, passait de 8,5% à 8,1%. Depuis la crise financière de 2008, les chiffres n’avaient jamais été aussi bas. Comparé à fin 2018, l’Hexagone compte 108 000 chômeurs de moins, soit un recul de 0,7 point. Le taux de chômage est même descendu en dessous des 8% en France métropolitaine.

 

Les solutions possibles face au chômage

 

Le chômage peut évidemment avoir des causes multiples. En synthétisant, on trouverait en tête de liste le manque de flexibilité du marché de l’emploi et un coût du travail trop élevé.

L’une des principales solutions pour contrer cette augmentation du chômage se trouve dans  l’incitation à la création d’entreprise.

C’est là qu’intervient le portage salarial.

Pour tester une idée & jauger son business sans se lancer dans les démarches administratives qu’implique une création d’entreprise, le portage salarial se révèle être une solution pertinente. Avec ce statut, il est possible de se lancer en indépendant tout en bénéficiant de la sécurité du salariat : assurance chômage, assurance retraite, etc.

Qualifiée de solution «innovante parfaitement adaptée aux nouveaux marchés du travail», par Pôle emploi, le portage salarial semble donc être une réponse moderne et adaptée à la crise du chômage.

 

Cumuler indemnité chômage et portage salarial

 

Le portage salarial vous confère un statut de salarié à part entière. Donc, comme tout salarié du privé, vous cotisez et avez des droits à l’indemnisation chômage (ARE), au régime général de l’assurance maladie, à une couverture prévoyance, au droit à la retraite…

Mais peut-on cumuler indemnités chômage et portage salarial ? La question est légitime, la réponse succincte ; oui.

La loi autorise le consultant porté à cumuler allocations chômage et salaires perçus dans le cadre de son activité.

  • Vous êtes consultant en portage salarial, vous terminez une mission et décidez de percevoir vos droits résiduels pour combler une perte de revenu temporaire.
  • Vous êtes demandeur d’emploi, vous décidez de lancer votre activité en profitant du portage salarial tout en restant inscrit à Pôle emploi.
  • Chaque mois, sans vous désinscrire de Pôle emploi & en déclarant votre activité, indiquez les montants perçus de votre/vos mission(s) : Pôle emploi calculera si un complément peut et doit vous être versé.

L’allocation versée correspondra au montant de l’allocation chômage mensuelle – 70% du salaire brut perçu en portage.

 

Passées ces éternelles discussions et autres débats sur la légitimité des chiffres annoncés, une certitude semble apparaître : l’essor du portage salarial impacterait indubitablement et positivement ces chiffres.

Idéal pour assurer des périodes de transition, il s’agit peut-être là de la réponse la plus moderne et la plus adaptée au marché de l’emploi tel que nous le vivons depuis plusieurs années. Il a su s’adapter en permanence et ainsi recevoir la reconnaissance des pouvoirs publics.

Estimez votre salaire net

Obtenez des informations claires,
précises et sans zone d'ombre.

Vous avez une question ?
Christine vous rappelle Être rappelé