Télétravail : le tester c’est l’adopter…

De plus en plus d’études montrent le souhait grandissant des employés à travailler à distance. Une tendance qui s’est accentuée avec la crise sanitaire et dont les différents dirigeants d’entreprises semblent se soucier. L’expérimentation massive initialement forcée, et les évolutions de mentalités pourraient faire du télétravail une pratique récurrente.

De cette nouvelle perspective pourrait bien émerger une autre dynamique : celle du portage salarial.

 

Vers la fin du présentéisme ?

Ce mode de travail ne vous est peut-être pas encore tout à fait familier : le portage salarial est une forme d’emploi hybride entre le salariat et l’entreprenariat. Il permet au travailleur d’exercer son activité en parfaite autonomie, à l’instar du freelance, mais en conservant les avantages du statut salarié. Un statut qui prend donc tout son sens aujourd’hui, au cœur d’un bouleversement dans notre manière de penser le travail.

En France, la culture du présentéisme domine toujours mais l’actuelle crise sanitaire pourrait bien relancer les débats. Effectivement, l’expérimentation du télétravail pendant le confinement a ouvert la voie à de nouvelles manières de collaborer. Quand on connait le temps moyen nécessaire à l’adoption d’une nouvelle habitude, on imagine aisément que certains travailleurs repensent leurs priorités. La tendance « travailler moins pour vivre mieux » s’accentue depuis la fin de ce dit confinement. Pour autant, et pour l’instant, le travail garde une place prépondérante dans nos vies. Le portage salarial pourrait alors se positionner en figure de proue de ces nouvelles formes de travail.

 

Une transition que le gouvernement souhaite accompagner

Cette dynamique profiterait aux salariés comme aux entreprises en offrant plus de flexibilité et de sécurité.

Le ministère du Travail a publié début Mai 2020 un décret sur l’application d’une indemnité plafonnée de chômage partiel pour les salariés portés en CDI en intermission. Une sécurité supplémentaire pour les salariés portés. Car cela signifie que les travailleurs en portage ayant eu un certain niveau d’activité au cours de l’année peuvent profiter d’une indemnité proratisée en fonction de leur temps travaillé. Une rémunération calculée sur la moyenne mensuelle des heures travaillées au cours de la dernière année civile.

 

Le portage salarial comme remède face aux crises à venir ? 

Cette crise a mis en exergue l’intérêt d’un tel statut. On peut dès lors imaginer qu’il soit plébiscité par nombre d’entre nous, d’autant plus avec le soutien financier de l’Etat. Si les dirigeants se décident donc finalement à stopper cette culture française de la présence en entreprise pour aller dans le sens de la modernité sociétale, ils gagneront en souplesse et ouvriront un plus large éventail de possibilités à leurs équipes. Une mise en place et des collaborations entièrement épaulées par les sociétés de portage salarial, qui se positionnent en véritables facilitateurs.

 

Nous croyons à ce modèle dont les avantages sont évidents pour les indépendants. D’autant plus aujourd’hui tant la dimension sécuritaire s’est démontrée essentielle. Tout peut arriver dans ce contexte de mondialisation et de concurrence accrue, preuve en est en ce moment. Le portage salarial peut alors s’imposer comme une solution efficace pour assurer la sécurité des indépendants, notamment face aux crises présentes et à venir.

Estimez votre salaire net

Obtenez des informations claires,
précises et sans zone d'ombre.

Vous avez une question ?
Christine vous rappelle Être rappelé