Lorsque l’on souhaite gagner en liberté et en autonomie dans sa vie professionnelle, différentes voies existent pour parvenir à ses fins. Parmi celles-ci, on trouve le travail temporaire, communément appelé l’intérim, mais également le portage salarial. Tous les deux permettent la rencontre des entreprises cherchant à recruter et des personnes en recherche de missions. Toutefois, des différences existent et il est important pour ceux qui s’intéressent à ces cas de figures de bien les comprendre. Ces différences portent notamment sur le rôle endossé par le travailleur, la société de portage ou l’agence d’intérim et la société cliente qui va intégrer le travailleur dans ses effectifs. Mais elles portent aussi sur le traitement des situations de maladie ou d’accident du travail. Explications.

Le portage salarial : l’autonomie du travailleur sans les contraintes.

Il s’adresse à tous ceux qui souhaitent ne pas avoir à traiter la lourdeur administrative de leur situation et être sécurisé par le versement en temps et en heure d’un salaire. Le sujet de la prévoyance pour les indépendants ou retraités qui font appel au portage salarial se distingue de celle pratiquée dans le cadre de l’intérim, comme on peut le voir sur ce site.
En effet, en tant que porté par une société de portage, la prévoyance est incluse dans les cotisations salariales que le travailleur paye. Il peut, s’il le souhaite, souscrire une complémentaire dédiée de la même manière qu’il peut le faire pour la santé avec la mutuelle.

Au-delà de la prévoyance, le sujet majeur se tient au niveau de la négociation salariale. En effet, en cas de portage, c’est le travailleur qui, le plus souvent, va trouver une mission et négocier directement son tarif journalier. Celui-ci définira sa rémunération, de laquelle seront déduits les coûts liés au portage : administration, fiche de salaire, cotisations, etc. Mais il existe aussi beaucoup de sociétés de portage qui proposent aussi des missions directement à leurs salariés portés.

L’intérim ou travail temporaire : l’autre vision de l’autonomie.

En agence d’intérim, le travailleur est à la disposition de l’agence qui va lui trouver et lui soumettre des missions de travail. Il est donc guidé de bout en bout sur son accès au travail. Sa rémunération dépend de la grille des salaires de l’entreprise qui l’accueille : il n’y a pas de négociation possible sur ce plan. Il perçoit, comme en portage salarial, une rémunération gérée directement par la société de travail temporaire. Il n’y a de ce fait pas non plus, ici, de tâches administratives en lien avec la gestion de la rémunération, que le travailleur devrait prendre à sa charge.

Tous ceux qui cherchent à se sentir libres et pas forcément engagés sur le long terme avec une entreprise, ont toutes les cartes en mains pour décider de leur destin professionnel. Dans tous les cas, les systèmes de protection des salariés qu’ils seront, en intérim ou en portage salarial, viendront couvrir les risques de maladie et d’accidents. La prévoyance notamment pourra être proposée et intégrée, au moins de manière partielle, à leur contrat.